05/10/2017
Une foi d'enfant

So you see, it’s just simple faith; it’s nothing and anything that we work ourself up to; it’s just something that we believe like a child would believe, just like you’d promise your little girl a new dress Saturday, the little boy a overall jacket. See? They expect that. Just simple childlike faith. That’s all God wants us to be, because we’re just children anyhow.

Frère Branham explique qu’il faut simplement avoir une foi d’enfant.

61-0517 It Is I

Pour Jésus, il n’y avait pas de meilleure manière d’illustrer la grâce imméritée de Dieu que de comparer cela à un enfant. Contrairement à la plupart des adultes, les enfants reçoivent les cadeaux en toute simplicité. Pour eux, c’est aussi simple que : “Maman ou papa, tu l’as promis, alors je m’attends à recevoir ce que tu m’as dit.”

En lisant le témoignage de Suzanne au sujet d’un bébé poussin, je me suis souvenue de l’expérience de ma petite-fille, Andrea, et moi-même. Il y a environ quatre ou cinq ans, nous avons acheté sept petits poussins.

Le lendemain matin, je suis sortie pour aller vérifier si tous les poussins se portaient bien, et j’ai constaté que l’un d’entre eux était mort. Il semblait être mort depuis un bout de temps, car il était froid et mou.

Ma petite-fille est ensuite sortie avec moi, et elle était très contrariée que "Apple Blossom" soit mort. Je lui ai dit que nous devions enterrer le poussin, mais elle m’a répondu : “Non, nous devons prier pour lui.”

C’est ce que nous avons fait, mais le poussin est resté là, tout mou, pendant les quatre heures qui ont suivi. Je lui ai répété, à maintes reprises, que c’était probablement la volonté de Dieu, et que nous devrions simplement enterrer le poussin. Chaque fois que je lui disais cela, la patte du poussin était secoué d’un spasme, et Andrea me disait : “Non, il a bougé, alors on ne peut pas l’enterrer.” Cela s’est produit quatre ou cinq fois, mais le poussin était toujours tout mou et sans pouls. Mon mari lui a dit qu’il irait avec elle acheter un autre petit poussin, parce que nous ne pouvions pas en avoir seulement six (ce n’est pas un bon chiffre).

Avant de partir, elle est allée chercher une petite boîte. Elle l’a remplie de copeaux de bois, a placé un contenant d’eau et de grains, et elle a mis le poussin mort dans la boîte. Ils sont ensuite partis en acheter un autre pendant que je veillais sur le poussin mort. Le poussin était couché, et sa tête pendait en arrière. Je l’ai donc bougé un peu (pour qu’il soit plus confortable), et le poussin s’est levé! Moins de cinq minutes plus tard, le poussin mangeait, buvait de l’eau et gazouillait. Et ça, c’était après plus de quatre heures passées amorphes et SANS VIE!

Bien entendu, quand elle est revenue à la maison avec le huitième poussin, elle m’a dit : “Je t’avais bien dit que le poussin irait bien!”

Nous avons tous besoin de cette foi d’enfant.

Je Le remercie,

Sœur Mary Walker

Envoyer à un ami

Envoyer