26/06/2020
La prière change les choses

Que Dieu vous bénisse tous abondamment. Je vais vous raconter une histoire. Ma femme, Berenice, et moi nous sommes mariés le 23 juillet 2017. Peu de temps après, nous avons appris que nous attendions un bébé. C’était une grande source de joie : un bébé! C’était une grande bénédiction de Dieu, mais pour une raison quelconque, le corps a expulsé le bébé, et le docteur a dit qu’il s’agissait d’une fausse couche. Quelques temps après que ma femme s’est rétablie, nous avons découvert que nous attendions, de nouveau, un bébé; encore une fois, nous débordions de joie. Quand nous sommes allés à la première échographie, le médecin nous a annoncé une très mauvaise nouvelle. Le bébé n’était pas vivant, et nous avons aussi perdu cet enfant. Notre joie s’est transformée en épouvante.

Les médecins ont dit à ma femme qu’ils allaient devoir l’opérer pour qu’elle ne puisse pas avoir d’enfant. Elle a décidé de ne pas aller de l’avant avec l’opération, plaçant sa confiance en Dieu. Les mois ont passé, et mon épouse ne semblait pas pourvoir tomber enceinte.

Nous avons décidé d’aller visiter ses parents au mois de mars 2019. Bien des frères avaient appris ce qui s’était passé, et quand nous nous préparions à rentrer chez nous, Frère Francisco Viramontes (le distributeur VGR à Monterrey) nous a dit : “Je me sens conduit à prier pour vous.” J’ai dit à mon épouse : “Viens, le frère désire prier pour nous.” Soudainement, pendant la prière, des larmes se sont mises à couler sur nos joues. Nous nous remémorions ces moments douloureux, mais la prière nous a fortifiés et a chassé nos craintes en nous remplissant de foi. Le frère a prié que Dieu nous accorde un bébé en santé et qu’Il nous aide en toutes choses. Nous avons rapidement dit au revoir à tous les frères et sœurs, et nous sommes rentrés à la maison le 18 mars 2019.

Au mois d’avril, il se passait quelque chose chez mon épouse. Elle se sentait différente, et nous pensions tous les deux :

“Nous attendons un bébé.”

Nous sommes allés chercher un test de grossesse, et quand nous avons vu le résultat, nous étions surpris d’apprendre que nous attendions effectivement un bébé! Nous avons demandé aux frères de prier et nous leur avons dit que nous étions très heureux.

Cette grossesse était très surprenante du début à la fin. Notre bébé avait de la difficulté à rester accroché, et il se battait pour que son petit cœur continue à battre. C’était une grossesse très à risque. Parfois, il semblait que nous n’allions pas y arriver; il y avait des pertes de sang, de la douleur, et cela nous rendait très nerveux. Nous avons pleuré, mais en même temps, nous nous rappelions que Dieu nous avait déjà donné Sa réponse. Nous nous sommes mis à prier quand ces moments difficiles arrivaient.

Dieu est si bon, Il n’a jamais quitté mon épouse ou mon bébé. Quand il y a eu plus de complications dans la grossesse, nous avons dû acheter des médicaments très dispendieux. C’était inattendu, alors nous n’avions pas les moyens de nous procurer ces médicaments. Soudainement, nous avons eu la somme nécessaire, et nous remercions Dieu pour cela.

Les mois ont passé, et le septième mois de grossesse est arrivé. Nous sommes allés chez le médecin, et il nous a annoncé que tout était parfait, et que nous pouvions attendre au mois prochain pour accoucher le bébé naturellement. Nous étions très heureux. Le médecin nous a demandé de revenir, deux semaines plus tard, pour le dernier rendez-vous, au cours duquel il allait nous donner les documents pour le suivi de grossesse et effectuer une dernière vérification.

Nous avons vu que le bébé se portait bien, mais le médecin nous a dit que le placenta avait cessé de nourrir le bébé et de l’approvisionner en oxygène, et qu’il allait devoir être accouché le jour-même par césarienne. En plus de ça, il avait le cordon ombilical autour du cou et une naissance naturelle compliquerait les choses. Nous sommes sortis de l’hôpital et nous nous sommes assis sur un banc, à l’extérieur. Nous avons échangé un regard et nous avons déclaré : “Aujourd’hui, Elijah Isaac Ramos Adame va naître.”

Le 2 décembre 2019, le groupe de médecins et d’infirmières présents étaient très attentifs et très inquiets, sachant que mon épouse avait eu des complications. Ils ont procédé à l’opération et soudain, un cri a percé le silence. Dieu merci, notre bébé est né et tout allait bien. Nous sommes restés à l’hôpital pendant trois jours pour récupérer, et je me suis occupé d’eux. Le bébé a dû passer une journée de plus dans l’incubateur, mais au final, tout s’est déroulé parfaitement. Le pédiatre nous a dit que chez un bébé né prématurément d’un mois, il y a parfois des complications. Mais il nous a dit que notre bébé semblait bien en santé, et nous remercions Dieu pour cela.

Au fil des semaines qui ont suivi, le bébé a pris des forces, et jusqu’à maintenant, le médecin est surpris par sa bonne santé. Le bébé ne ressemble pas à un bébé prématuré, il a atteint son poids normal très rapidement, et il n’a pas été malade du tout; nous remercions Dieu pour Ses bénédictions. Tout ce qu’il reste, c’est de remercier Dieu pour toutes ces bénédictions, et pour tout l’amour qu’Il nous donne. Notre Dieu ne se lasse jamais de nous donner des choses, et nous sommes plus que reconnaissant envers Lui pour notre bébé et pour ce grand Message qu’Il nous a permis d’avoir.

Que Dieu vous bénisse.

Frère Víctor Ramos

Envoyer à un ami

Envoyer