12/08/2019
Et dès ce moment

Combien d’entre nous ont déjà adopté la même attitude que cette sœur? Jacques 1.3 nous dit que l’épreuve de notre foi produit la patience, alors quand nous ne recevons pas ce que nous avons demandé immédiatement, nous devrions quand même en être encouragés, parce que Dieu est en train de former notre patience. Sœur Raquel a fait preuve d’une grande sagesse pour son âge, comme vous pourrez le lire dans le témoignage ci-dessous.

J’aimerais vous raconter quelques expériences qui me sont arrivées après le camp Still Waters, car, depuis ce moment, elle se produisent une après l’autre, après l’une, après l’autre.

Je m’appelle Raquel Peralta, et je demeure en Colombie. Pendant bien des années, l’un des plus grands désirs de mon cœur était de participer au camp Still Waters. Cette année, j’ai réussi à m’enregistrer, et le jour de l’inscription, j’attendais anxieusement le compte à rebours.

Quand le compte à rebours a finalement affiché 0:00:00, j’ai cliqué, mais la page est devenue très lente, et deux minutes plus tard, j’étais sur la liste d’attente du deuxième camp. J’étais très triste, mais je me suis souvenue que mon père m’avait dit que, par la foi, je participerais au camp. Je priais, et je demandais à Dieu de m’accorder le baptême du Saint-Esprit, car c’était là la raison la plus importante pour laquelle je voulais participer au camp.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu un courriel qui m’annonçait que j’avais été acceptée dans le premier camp! J’étais tellement excitée; le Seigneur avait répondu à mes prières. Nous avons commencé les préparatifs, mais quelques jours avant mon départ, je suis tombée malade. J’ai donc prié Dieu de me rétablir à temps pour le voyage. Quelques heures avant le départ, le Seigneur m’a guérie d’une manière miraculeuse. Je voyageais avec une amie, qui allait participer au même camp que moi. Notre vol devait faire escale à Miami avant de continuer vers Louisville.

À Miami, nous avons attendu quatre heures à la porte du quai d’embarquement, quand ils ont soudainement changé le quai d’embarquement. L’avis est arrivé à la dernière minute, alors nous avons manqué notre vol. Comme c’était la faute de la compagnie aérienne, ils nous ont donné un billet pour le départ suivant, le lendemain après-midi.

Le lendemain, à l’aéroport, nous sommes allées à notre quai d’embarquement, mais nous n’avions pas de siège assigné, alors nous devions attendre de voir s’il allait avoir des sièges de libre dans l’avion. J’étais très inquiète, car si nous n’avions pas de siège sur ce vol, nous devrions rester à Miami, encore une fois. J’ai donc écrit à la sœur chez qui je devais rester, à Jeffersonville, pour lui demander de prier. Dès que la sœur et ses filles se sont mises à prier, on nous a appelées à embarquer. On venait de nous assigner un siège! C’est à ce moment-là que je savais que c’était la main de Dieu qui nous aidait, et nous avons eu un petit moment de jubilé.

La première journée du camp, je bouillonnais d’excitation. Still Waters est comme un petit goût du ciel. Ici, on peut sentir la présence du Seigneur partout. L’après-midi de cette même journée, je me suis tordu la cheville, et c’était très douloureux quand je marchais. L’infirmière est venue me soigner et je devais porter un bandage. J’étais triste, car c’était seulement la première journée du camp, et je n’allais pas pouvoir profiter pleinement de ma semaine, parce que je boitais. Mais, je me suis aussi souvenue que le Seigneur permet toutes choses dans un but.

Je me souviens que, lors de mon premier Quiet time, j’ai demandé à Dieu de me guérir. Je lui ai aussi demandé la même chose lors du feu de camp. La deuxième journée, mon pied était tout enflé. C’était toujours douloureux et je marchais avec difficulté. Ce soir-là, c’était une des meilleures réunions de ma vie. Le Seigneur a répondu à mes prières, ce soir-là, et Il m’a donné le baptême du Saint-Esprit.

Quand nous sommes rentrés dans le chalet, j’ai réalisé que MON PIED NE ME CAUSAIT AUCUNE DOULEUR QUAND JE MARCHAIS, ET JE NE BOITAIS MÊME PAS! Tout le reste de la semaine, j’ai pu courir, marcher, et participer aux différentes activités sans ressentir de douleur. Dieu a été si bon envers moi. Il m’a guérie. Il n’a pas seulement guéri mon pied, mais aussi quelques autres maux qui m’affligeaient. Il m’a donné le baptême du Saint-Esprit et je peux dire que, dès ce moment, ma vie a été changée.

Sr Raquel Peralta

Envoyer à un ami

Envoyer